Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Numérique

À la découverte du Toulouse Game Show

Numérique.jpeg
Dans les incontournables de la ville rose, le Toulouse Game Show a su, au fil des ans, s’imposer comme une convention de l’univers geek au rayonnement national.

Dans les incontournables de la ville rose, le Toulouse Game Show a su, au fil des ans, s’imposer comme une convention de l’univers geek au rayonnement national. Créé en 2007 par des Toulousains, cet événement annuel a pris un peu plus d’ampleur chaque année, pour désormais être le premier rassemblement pop culture de province. C’est pour sa onzième édition que l’équipe de la rubrique numérique du Décodé est partie, le temps d’une journée, dans le dédale du Parc des Expositions.



 
Faire la queue pour rentrer dans le TGS, c'est toujours un peu spécial. Dans un premier temps, on se rapproche doucement de l'hiver et donc il fait froid voir parfois très froid, ensuite ça peut prendre des heures, la quantité de visiteurs augmentant d'année en année, mais surtout, on est finalement, dés l'extérieur, déjà dans l'ambiance du salon. Les cosplayeurs, qui ont revêtu leurs plus beaux costumes, représentant la merveilleuse diversité de la pop culture, avec des personnages hauts en couleur sortis de manga, série, jeux vidéo ou film, sont, comme les simples visiteurs, dans la file d'attente pour rentrer. Cette année, l'attente fut plutôt courte, je pense que notre arrivée tardive au Parc des Expositions a facilité cette progression rapide. C'est donc ici qu'a commencé notre excursion au TGS 2017.
 
Ce qui est frappant dans ce genre de convention, c'est la capacité de cultures différentes à se rassembler au sein d’un même endroit. Ainsi, on peut d'un stand à l'autre, trouver de la nourriture japonaise, puis des burgers, un fourmillement de manga puis juste à côté un stand rempli de comics. La culture populaire et la culture japonaise mêlées à la culture américaine font de ce salon un tout qui permet à n'importe quel passionné de trouver son bonheur grâce à la diversité des exposants présent, reflet de cette même diversité que l’on retrouve dans le public “ geek”.
 
Dans le salon, on peut cependant classifier les exposants en plusieurs catégories : les exposants vendeurs qui viennent faire leurs affaires de produits dérivés, les exposant artistes, qui sont souvent des artisans qui viennent exposer leur art et éventuellement le vendre, et les guests, des invités au salon présents de par leur création comme des vidéos Youtube ou des web-séries. Ajoutons à cela la présence, et ce chaque année, d’un ou plusieurs acteurs d'envergure internationale. Cette année, c’est Franck Muniz l’acteur de Malcom dans la série TV du même nom.
 
Notre périple nous amène en premier vers le Festival Francophone de la Web-série, le FFW, une création originale du TGS. La web-série, est un média qui a pris de l'essor en France dans la fin des années 2000 avec des excellents crus comme “Noob”, qui a su se développer de manière spectaculaire. Nous avons pu avoir une rapide entrevu avec Frédéric Zolfanelli, plus connus comme le personnage de Sparadrap dans la web-série. Il nous a évoqué son étonnement de la pérennité de Noob dans le temps, mais il a su également féliciter cet état de fait qui a permis à des structures nationales de s’intéresser à la création amateur sur le web.
 
En déambulant dans cette zone de la convention, c’est l’occasion de rencontrer des jeunes web-séries, qui débutent et qui viennent ici pour présenter leurs créations et peuvent espérer repartir avec des récompenses à la fin du salon. C’est à cette occasion que nous avons rencontré plusieurs créateurs. Nous avons su nous arrêter sur le stand de l'excellente web-série Challenger, et de rencontrer un des deux réalisateurs qui nous a accordé un petit moment pour discuter. Nous avons effectué la même démarche avec deux autres web-série qu’il faut découvrir, les Zikos et Real Cops qui, toute deux ont apprécié, nous accorder un moment pour parler création. Cette convention, c’est aussi ça, pouvoir échanger, parler de nos passions, et apprendre. Même si certains ne viennent que pour des dédicaces et autres achats de livres ou produits dérivés en tout genre, tout le monde y trouve son compte, du fan de youtuber au cosplayeur en passant par les lecteur de fantasy et de SF, au passionné de dessin ou de culture geek, tout ceci rassemblé dans une convention toujours aussi plaisante à visiter. 
Ainsi, le TGS est surtout le rassemblement de la si mal nommée génération Y. Celle qui a grandit avec “ un ordinateur entre les mains” et que GTA a rendue violente. Mais c’est surtout le rassemblement de la génération qui a connu l’avènement d’internet, son émergence comme nouvel outil de communication et de création de contenu innovant. Les Youtubeurs présents à la convention, tels que Bob Lennon, Anthox Collaboy ou encore le Joueur du Grenier, ont comme à l’accoutumé mentionné lors de leur conférence dans le grand amphithéâtre l’immense potentiel de créativité que représentait la plateforme Youtube. Bien que sujette à de plus en plus de restrictions quant à la liberté d’expression, tous s’accordent sur l’importance de Youtube concernant la création de contenu audiovisuel, et de l’alternativité qu’elle présente par rapport aux médias traditionnels et notamment télévisuels. Plus qu’un simple évènement geek et pop-culture, le TGS a le mérite d’exister en raison de la visibilité qu’elle donne aux créateurs du web de tous horizons. 
 
Le Toulouse Game Show, est toujours un réel plaisir, et c’est avec des étoiles plein les yeux, avec une volonté tenace de rester un peu plus, mais avec les jambes souvent en compotes, que l’on quitte l’île du Ramier et qu’on retourne à sa vie toulousaine, et même parfois plus lointaine avec une seule pensée, vivement l’année prochaine. 
 
N’oubliez pas de suivre la rubrique numérique de près avec un dossier sur les web-séries et l’e-sport prochainement, ainsi que les interviews de Shun-geek costumière de l’équipe du Grenier et Frédéric Zolfanelli alias Sparadrap de Noob ! 
Un grand merci à Toulouse Cosplay et son photographe Grey Man pour nous avoir permis d’avoir de beaux souvenirs visuels du salon. 
 
Brayan Cuvelier et Pauline Dublanchet 
 

  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page