Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > International

L'indépendance en Catalogne : une utopie ?

International p.10.jpg
Retour sur une des plus graves crises politiques et territoriales qui secoue l'Union Européenne. Depuis la déclaration d'indépendance décidée par le Parlement catalan en octobre, qui a retenti en Espagne et dans le monde, le pays reste divisé et incertain sur son avenir. Mais que s'est-il réellement passé ces derniers mois et où en est-on aujourd'hui ?

Retour sur une des plus graves crises politiques et territoriales qui secoue l'Union Européenne. Depuis la déclaration d'indépendance décidée par le Parlement catalan en octobre, qui a retenti en Espagne et dans le monde, le pays reste divisé et incertain sur son avenir. Mais que s'est-il réellement passé ces derniers mois et où en est-on aujourd'hui ?

 

Le signal d'alarme est intervenu le 27 octobre dernier, alors que l'indépendance était déclarée unilatéralement, lors d'un vote au Parlement catalan. Madrid, alors opposée radicalement à cette décision jugée illégale, ripostait en mettant la région entière de la Catalogne sous tutelle. Pour Mariano Rajoy, premier ministre espagnol, cette décision représentant le déni d'un Etat de droit et s'opposant à toutes les règles constitutionnelles en Espagne devait être ignorée. En l'espace d'une seule journée, tout s'enchaine : le Sénat donne son feu vert pour que le gouvernement reprenne la main sur la région, le président catalan Carles Puigdemont est poursuivi pour rébellion, et est d'ailleurs démis de ses fonctions, comme tout le gouvernement catalan ainsi que le chef de la police... La Catalogne ne brille plus, la Catalogne ne vit plus. En cette journée d'octobre, elle s'est réveillée avec un rêve d'émancipation et s'est couchée dans le tumulte.

 

Mais comment expliquer une décision d'indépendance si radicale, et une réaction d'autant plus sévère ? La Catalogne est une région qui a toujours eu le sentiment d'occuper une place particulière en Espagne, sentiment conforté par les différents statuts d'exception qu'a bien voulu lui reconnaître le gouvernement central. En effet depuis plus de 80 ans, la Catalogne a gagné, réforme après réforme, de plus en plus d'autonomie. Résultat : la désignation de son propre président catalan, la création d'une police catalane, des compétences en matière d'éducation, de santé, de politique linguistique, et même une reconnaissance dans la Constitution espagnole d'un statut de "nation" à part entière, avec ses propres symboles nationaux et sa langue officielle, le catalan. Alors qu'elle devenait de plus en plus "autogérée", en 2010, tout bascule. Depuis l'arrivée de Mariano Rajoy dans le paysage politique, tout va lui être repris. La Catalogne perd ses symboles d'autonomie les uns après les autres. Les catalans sortent dans les rues, les manifestations s'enchaînent. Le désir d'indépendance se profile depuis lors. Et c'est ce 27 octobre 2017 qu'il a été entendu.

 

La déclaration d'indépendance était donc prévisible et prévue depuis plusieurs années. Mais ce désir d'indépendance n'est pas forcément de l'avis de tous en Catalogne. Selon le baromètre de juin du Centre d'études d'opinion catalan, 34.7% des sondés dans la région répondent vouloir d'un Etat indépendant quand on leur demande de choisir entre différentes formes d'organisation. A la question plus directe "Voulez-vous une Catalogne indépendante ?", 41.1% des catalans répondent "oui", contre 49.9% de "non". Ce n'est donc pas un sentiment général dans la région que de vouloir s'émanciper de la souveraineté étatique. On comprend mieux la position de Madrid et de Rajoy sur la légalité et la légitimité de la déclaration d'indépendance.Mais dans l'hypothèse d'une Catalogne indépendante, quelles seraient les répercussions aussi bien pour la région, pour l'Espagne, et pour le reste du monde ?

 

Avant tout, la viabilité de la Catalogne en tant qu'Etat indépendant ne semble pas être impossible ou inconcevable. Cette région concentre un cinquième des richesses de l'Espagne. Avec son PIB au même niveau que celui de l'Irlande, et son économie diversifiée (agroalimentaire, biosciences, nucléaire, numérique, banques...), on peut envisager, avec quelques aménagements et coups de pouce, sa viabilité. Néanmoins, un autre phénomène peut inquiéter les pronostics encourageants que nous venons de faire : la peur de la situation récente en Catalogne a déjà fait déménager certaines grandes entreprises qui avaient leur siège social dans la région, comme la banque Banco Sabadell, dont les actions en bourse avaient plongé au lendemain de la déclaration d'indépendance. L'hypothèse de la sortie de l'Union Européenne peut dissuader les grandes entreprises de conserver leurs intérêts économiques dans la région, de peur de perdre la protection de la Banque Centrale notamment, et le bénéfice des réglementations européennes souvent avantageuses.

Quoi qu'il en soit, les implications pour les entreprises comme pour le reste du monde semblent moindres à l'heure actuelle, étant donné que l'indépendance n'est pas envisagée sérieusement par les différents pays de l'Union européenne et d'ailleurs. Paris, Londres et Berlin se sont ralliés à la position de Mariano Rajoy. Aucun pays à l'heure actuelle, que ce soit en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne) ou sur le continent américain (Etats-Unis, Canada), ou aucune organisation internationale (UE, OTAN, ONU) ne reconnaît une quelconque valeur à la déclaration d'indépendance de la Catalogne, et tous s'accordent à considérer la situation comme une crise intérieure à l'Espagne, à laquelle personne ne doit intervenir.

 

Après l'évènement du BREXIT qui a affaibli l'Union européenne, tous souhaitent une Union forte, solidaire, et ne veulent plus de fractures en son sein. Même si l'hypothèse de la création d'un Etat catalan reste minime, et dans ce cas, le nouveau pays créé de la sécession entre l'Espagne et la Catalogne restera soumis à un nouveau processus d'adhésion à traverser, et devra se porter candidat pour devenir membre de l'Union européenne. Cette intégration nécessitera le feu vert à l'unanimité des Etats membres. Encore un élément faisant douter de la pérennité d'une Catalogne indépendante...

Que reste-t-il à prévoir pour l'avenir ? Mariano Rajoy a d'ores et déjà annoncé la tenue d'élections le 21 décembre afin de reconstituer un nouveau Parlement catalan et de récupérer une légitimité institutionnelle. Les sondages et les circonstances semblent prédire une victoire des forces anti-indépendantistes lors de la prochaine élection. Mais combien de temps encore Madrid parviendra-t-elle à maintenir son autorité ? D'autant que Carles Puigdemont, replié à Bruxelles, a déclaré à la mi-novembre qu'une autre solution que l'indépendance était possible... S'il envisage, en restant dans la "capitale" de l'Union européenne, un quelconque soutien de sa part dans l'aboutissement de ses désirs indépendantistes, il n'est sans doute pas au bout de ses peines. Mais nous ne sommes pas à l'abri de nouveaux rebondissements. To be continued !

 

Charlotte Lebreton



  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page