Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Satirique

Roxxxy, mon Amour

Préambule :

 

Seul un ermite peut échapper à l’actualité ardente du moment. Le harcèlement sexuel est au centre de la toile. Hollywood pleure chaque jour en comptant les millions qu’il ne pourra plus gagner à cause de réalisateurs et acteurs ayant, disons, les mains baladeuses, les groupes féministes n’ont jamais été aussi nombreux et Twitter se régale grâce à la popularité du hashtag #balancetonporc. Entre deux articles, l’un sur Kevin Spacey et son attirance (supposée) pour les adolescents de 14 ans et l’autre sur Harry Weinstein et son tableau de chasse impressionnant, un article sur les robots sexuels attire mon attention. Hé oui, le sexe nous pourchasse. Les robots sexuels détrôneraient les poupées gonflables et commenceraient à se vendre tels des petits pains dans le monde entier.

 

Estimant que ce n’est pas une simple coïncidence si ces articles sont regroupés, voilà que je me lance dans la quête d’une corrélation. Et si les robots sexuels étaient la solution au harcèlement sexuel ?

 

 

Une envie pressante ? le robot sexuel est fait pour vous :

 

On pourrait penser que pour assouvir son désir il suffit d’un moment d’intimité avec son/sa compagne ou d’une simple rencontre avec la première personne matchée sur Tinder. Mais quand l’autre ne veut pas, comment faire ? Jusqu’à maintenant, deux solutions s’offraient à vous : soit sourd comme un pot et manquant votre rendez-vous chez Audika, vous n’entendiez pas les refus et persistiez jusqu’à salir la dignité de la personne que vous approchiez et peut être feriez-vous la une des journaux des années plus tard, soit vous trouviez le souffle pour gonfler votre poupée sexuelle préférée. La firme américaine TrueCompanion, toujours consentante pour assouvir vos désirs a bien remarqué qu’une fois la poupée gonflée vous étiez à bout de souffle pour continuer. Pour remédier à cette problématique, les américains ont vu les choses en grand et présentent aujourd’hui Roxxxy (pourquoi autant de « x » ?). Premier robot sexuel doté d’intelligence artificielle pour la modique somme de 10.000 dollars. Avec cette petite merveille de technologie, vous pourrez dorénavant être comblé sans effort et par un hyper-réalisme flagrant (on s’y méprendrait) nul besoin de partir à la chasse.

 

 

N’ayez plus peur chers enfants :

 

Les japonais pensent vraiment à tout. Pays où les robots sont quasiment aussi nombreux que les japonais, ils ne s’arrêtent pas là. L’entreprise japonaise Trottla, connue pour ses avancées dans le domaine des robots sexuels vient de sortir un nouveau « jouet ». Apparemment sensible à l’épanouissement des pédophiles, Shin Takagi vient de commercialiser une petite fille en tenue d’écolière. Avec autant de capacités que ses copines, l’écolière accomplit tous les fantasmes souhaités. Etant pédophile lui-même, Shin Takagi a voulu donner l’opportunité à ses camarades de se soulager aussi, quel humanisme ! On peut imaginer que la société Trottla a voulu satisfaire l’idée d’une égalité sexuelle pour tous mais cette innovation va-t-elle réellement limiter le nombre d’agressions sexuelles sur mineur ? Le créateur assure n’avoir touché aucun enfant malgré son penchant pour les sorties d’écoles primaires.

 

Me dégageant de l’idée d’un intérêt des robots sexuels pour lutter contre le harcèlement sexuel dans la société, je me pose peut être bêtement la question de savoir si les plaisirs de la chair (dans ce cas, plutôt le silicone) ne nuirait pas à nous autres, êtres humains ? Bon, il faut bien admettre que la jouissance de disposer d’un robot sexuel règle quelque peu le problème de surpopulation mais au fond cela ne va-t-il pas causer inévitablement une distance entre les Hommes ?

 

 

« Si t’as pas d’amis, prend Roxxxy » :

 

Doté d’une micro dose d’intelligence artificielle, se pliant à toutes vos volontés, le robot sexuel qui arrive sur le marché est en phase de devenir la femme parfaite accessible. Une fois achetée, livrée, déballée et essayée, la sex doll devient la compagne préférée de son acheteur qui ne peut s’en passer. Enfermé dans une relation à sens unique mais surtout fasciné par la perfection de son jouet, l’individu peut se retrouver finalement esclave de son robot. Il n’est plus rare d’assister aujourd’hui en Asie à des mariages entre les robots et leurs utilisateurs. On savait déjà qu’en matière de mariage, les asiatiques étaient plutôt ouverts d’esprit. En effet, si vous aimez votre oreiller à la folie et que vous pensez qu’il vous aime aussi, vous pouvez (c’est évident) vous marier avec celui-ci, à l’image de ce Coréen qui a franchi le pas en 2010 (depuis, ils rêvent de fonder une famille mais sans succès…). Si on peut se marier avec son oreiller, on peut évidemment se marier avec son robot sexuel. Le chinois Zheng Jiajia est l’exemple type en se mariant avec le robot qu’il a lui-même fabriqué. Quand l’amour ne vient pas, il y a l’IA.

 

 

« Où sont les femmes ?» :

 

Vous n’avez aucune blague en tête, vous ne savez citer Shakespeare, vous avez des sauts d’humeur et vous vous étonnez encore de passer après Roxxxy. Vous n’êtes plus à la hauteur. Votre ennemi n’est plus le mannequin des magazines mais bien le robot sexuel. Délaissées pour un teint frais constant, un 90-60-90 à vie et des cuisses qui s’écartent sans réticence, que vont devenir les femmes de la vraie vie ? Doit-on s’attendre à une pénurie de chats à la SPA ? Que Nenni ! Parce que les américains ne font pas les choses à moitié, Roxxxy a un frère qui se nomme Rocky. Finalement, chacun peut si retrouver !

 

                                                                                                         Une poupée dégonflée 


  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page