Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Satirique

2047 : Le nombre d’étudiant passe de deux millions en 2019 à seulement quatre

C’était la mesure la plus décriée des deux quinquennats du président Emmanuel Macron (2017 – 2027), dernier président de la Ve République, la sélection à l’université a radicalement fait chuter le nombre d’étudiants inscrits d’années en années, une situation que l’actuel président Jul et son parti « en Y » essaient tant bien que mal de résoudre. Le premier ministre Kendji Girac a déjà annoncé la création d’un plan d’urgence qui sera présenté la semaine prochaine sur le plateau de Michel Drucker (qui a survécu à son quatrième cancer et souffle cette semaine sa cent-cinquième bougie), en même temps que son nouvel album.

 

A mesure choc, résultat choc, et les faits sont là. D’après un sondage de l’INSEE datant du mois d’Avril, le nombre d’étudiants en France serait donc de quatre, dont l’un deux est déjà en phase de redoubler sa première année. Ces chiffres, quelques peu alarmants, sont le résultat d’une longue politique de sélection à l’université raffermie au fil du temps par le huitième président Emmanuel Macron, qui voulais désengorger les amphithéâtres (amphithéâtres qui ont pourtant pour habitude d’être finalement bien vides dès le second mois du calendrier universitaire entamé). Les résultats sont là, et aujourd’hui, la France compte quelques 87.000 professeurs dans l’enseignement supérieur pour quatre étudiants. Un déséquilibre qui se ressent au niveau de l’éducation national qui paie des congés payés pour 86.964 d’entre eux.

 

Mais le plus problématique dans cette enquête statistique n’est pas là, mais bel et bien dans les filières choisies par ces quatre derniers étudiants. Ainsi, nous avons respectivement deux futurs sociologues, un futur musicien (issu de la prestigieuse Mirail University of Musicology) et, malheureusement, un étudiant en Master de droit des affaires, nous garantissant donc un con de plus à la sortie sur une planète qui en est déjà trop peuplée. Il est donc clair que l’avenir est bien sombre pour l’hexagone, qui, toujours d’après la même enquête, n’aura plus de professeurs d’ici 54 ans, de médecins d’ici 57, et enfin, de très précieux homéopathes d’ici 59 ans. Fini donc le savoir, la santé, et les petits bonbons effets placebos, avec malgré tout un petit goût très sympathique.

 

Attention cependant. Si le ton quelque peu alerte de cet article peut inquiéter, les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises. Ainsi, avec la disparition du monde étudiant, c’est surtout la disparition de plusieurs espèces nuisibles, et il était temps. Ainsi, le dernier rasta blanc pro « ACAB » est décédé il y a 4 ans, là ou le dernier étudiant de business school avec un pull rouge autour du cou a fait faillite il y a 6 mois. Quand au dernier étudiant en licence d’art plastique, il a été retrouvé la gorge remplie de peinture après une auto-asphyxie érotique à la gouache ayant mal tournée. Il est donc clair que si le monde va mal, il reste un peu d’espoir. Rappelons qu’en 2034, les deux Corée se sont enfin retrouvées (la Corée du Nord ayant envahi militairement celle du Sud), qu’en 2037, la moitié des Etats-Unis ont été rasés suite à une mauvaise manipulation du président en place au moment des faits (le président Spooky, un adorable labrador ayant fait deux mandats et résolu le conflit israélo-palestinien) et qu’enfin, en 2041, le Panda s’est finalement éteint (et il était temps).

 

 

Il est donc clair que cette mesure a eu de lourds effets, mais que tous ne sont pas négatifs. On déplorera malgré tout une chose : la fin des happy hours du Jeudi soir, faisant à nouveau de l’alcoolisme un hobby qui coûte cher. Cependant, avec la légalisation de l’héroïne en 2044, qui picole encore ?


  • twitter
  • facebook
Partager cette page


En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies