Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Satirique

Le père Noël est-il un sexiste ?

A l’heure de la promotion de l’égalité entre les sexes, qu’en est-il des jouets pour enfants ?
Noel approche et comme chaque année c’est la même rengaine. Les guirlandes de votre sapin ont déjà fait augmenter votre facture d’électricité de 200%, la saison des téléfilms allemands sur C8 a retrouvé son créneau, vous commencez déjà à préparer quelques blagues pour détendre l’atmosphère du repas de famille tant attendu où évidement vous serez installé à coté de votre oncle Jack passionné de chasse et pêche, les parents sont épuisés de se fendre dans la foule le samedi en écumant les magasins de jouets à la recherche de Barbie hôtesse de l’air qui est en rupture de stock. Mais la période de Noël c’est aussi le moment de prendre rendez-vous avec sa banque pour obtenir un crédit à la consommation et partir acheter les cadeaux des enfants (si vous en avez). A l’heure de la promotion de l’égalité entre les sexes, qu’en est-il des jouets pour enfants ? 
 
 
Le rose et le bleu ne se mélangent pas 
 
Pour les grands magasins, la période de Noël est l’occasion de revoir l’agencement des rayons mais surtout d’envoyer aux foyers le fameux catalogue de jouets quitte à en faire vomir les boites aux lettres. Passé l’âge d’arracher des pans de catalogue pour les coller sur ma liste au Père Noël, je feuillette juste (entre deux lectures du Droit pour les Nuls) ce légendaire papier. Pour ne pas perdre les rejetons dans leur lecture, les professionnels du marketing s’improvisent véritables guides en catégorisant les jouets pour les filles et les jouets réservés aux garçons (ne sont-ils pas bienveillants ?). Ne souhaitant certainement pas s’égarer de leur vision simpliste, ils ont décrété que la partie rose serait réservée aux filles et que la partie en bleu correspondrait aux jouets pour garçons. Par une telle ingéniosité, les enfants voient leurs vies simplifiées. Par solidarité ou pour ne pas perturber le travail des publicitaires déjà entreprit, les fabricants s’attèlent eux aussi à différencier les jouets par un code couleur semblable. 
 
 
Sois belle et tais-toi 
 
Faut-il sérieusement penser que les fabricants de jouets se cachent dans une cave depuis les années 30 ou qu’ils sont mal à l’aise avec l’idée d’évolution de la condition de la femme ? Naïve comme une toile du Nierdoi Sseaurou (les personnes de bon goût comprendront), c’est hébété, ébaubi, interloqué, médusé et pantois que je remarque que pour les géants du jouet, une petite fille pourrait avoir l’envie de recevoir sous le sapin une mini table à repasser ou un kit de ménage (car faire le ménage est une activité de femme, qui, c'est bien connu, s'épanouissent au contact d'un balai à frange). Alors que les garçons peuvent être pompier ou super héros, les filles peuvent être des princesses. On l'affublera donc d'une robe meringue du meilleur goût pour attendre son prince qui ne manquera pas d'arriver si elle s'habille correctement, parce que les princes n'épousent pas les souillons. Et puis, l'équivalent féminin d'un costume de Batman, c'est un costume de Catwoman, et le fouet et le spandex, ça fait mauvais genre. Dans la catégorie mauvais genre, Tesco s’était placé hors concours en proposant la bar de pole dance (évidemment rose à strass  pour enfant). 
 
 
Sois viril mon fils 
 
Pour les garçons, il est hors de question de s’approcher d’une quelconque poupée ou d’une dînette avec lave-vaisselle intégré. Parce qu’ils ont davantage d’ambition que les filles, les fabricants mettent à leur disposition des kits de chirurgien ou des tablettes éducatives Explorer. Sans conteste, ce sont les seuls à avoir de l’imagination alors les Legos ou autre jeu de construction se retrouveront en toute logique dans leurs rayons. Dès leurs premiers Noël, les garçons doivent adopter un caractère viril, audacieux, aventurier. 

 
Imprimant l’idée que les hommes sont forts et puissants et que les femmes ne sont bonnes qu’à se pomponner et préparer le dîner entre deux coups de fer, les enfants sont dès leur plus jeune âge conditionnés à reproduire en tant qu’adultes les jeux de rôles qu’ils les amusaient à 6 ans. C’est un Problème ? Minime mais juste paradoxal avec la volonté d’établir réellement une égalité entre les femmes et les hommes. 

 
Un Mikado laissé de côté

  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page