Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Vie Universitaire

Un Arsenal de personnalités

Plan de l'Arsenal
Tu ne verras plus "Despax" ou "Cujas" comme de simples noms d'amphithéâtres que parfois tu peines à retenir, mais tu te rappeleras que ceux-ci n'ont pas été choisis de manière anodine, et qu'ils appartenaient à des personnes qui ont marqué les locaux de leurs empreintes.

Bonjour, cher lecteur, ou chère lectrice. Tu es tranquillement installé(e), le Décodé dans les mains, espérant pouvoir t'évader quelques instants de cet endroit où tu vas si souvent. En lisant ce titre, tu espérais peut-être que je te parlerais du célèbre club de football anglais, mais non, je t'emmène à un endroit que tu connais très bien. Voyons, ne prends pas cet air désespéré, car rassure toi, tu n'entendras pas parler de droit administratif aujourd'hui, et tu peux poser ce Code Civil, nous n'en avons pas besoin.

 

Je sais, tu vas tous les jours d'un pas traînant à cette université, bousculant les nombreux étudiants sur l'étroit trottoir la reliant au métro Compans-Caffarelli. Tu es peut-être en L1, et as toujours cette petite excitation liée à la nouveauté, ou tu es déjà en Master, et la fac, tu la connais par coeur. Du moins c'est ce que tu crois. Certes, ces lieux semblent ne plus avoir aucun secret pour toi. Tu connais tous les raccourcis, quels escaliers prendre précisément pour ne pas arriver en retard en TD, quelles places en amphithéâtre éviter pour ne pas entendre les tables de l'amphi Ourliac grincer, mais à vrai dire, tu es bien matérialiste. Car cette faculté, ce n'est pas un simple toît sur des murs.

 

Nous voilà à l'entrée d'UT1 Capitole, au 2 rue Gabriel Marty (1905-1973), ce dernier ayant été un grand avocat, élu Bâtonnier du barreau de Toulouse, professeur de droit mais surtout il fut le premier Président de ton université, en 1971, et fut même doyen auparavant. Si tu étais là en 2015-2016, tu te souviens de l'attroupement généré par la vérification obligatoire des cartes étudiantes en prévention de possibles attaques. Aujourd'hui tout est calme, tu as le temps d'admirer ce long bâtiment qui s'étend de ses murs orangés sur ta gauche et ta droite. Les architectes aiment l'appeler "le bâtiment banane", à cause de sa forme vue du ciel. Tu ne le réalises peut-être pas, mais tu es en face de la toute première université créée à Toulouse. D'un coup, le "UT1" te semble logique, évidemment, mais sache qu'elle est en outre la deuxième université créée en France, après l'Université de Paris. Elle a donc été créée au Moyen-Âge, en 1229, à l'initiative du Cardinal Romain de Saint-Ange, en application du traité de Meaux-Paris qui avait pour but de mettre fin à la guerre civile due à l'hérésie cathare. A l'époque, elle n'était pas qu'une université sur les sciences sociales, nos ancêtres juristes partageaient ces lieux avec les étudiants en théologie, en médecine et en arts, dans quatre facultés distinctes. Bien évidemment, la faculté de droit était la plus importante ! Elle comprenait la majorité des étudiants et bénéficiait des enseignants les plus prestigieux. Il faudra attendre 1969 pour que l'ancienne Université de Toulouse se scinde entre le Capitole, le Mirail (UT2), et Paul Sabatier (UT3), les deux dernières étant délocalisées.

 

Nous sommes actuellement sur le site de l'Arsenal, mais en réalité, l'UT1 est également composée des Anciennes Facs dans lesquelles se trouve l'IAE, et de la lointaine Manufacture des Tabacs, à propos de laquelle chaque étudiant prie pour ne pas y avoir ses TD.  A ta droite se situe la bibliothèque universitaire, endroit où tu aimes peut-être passer tes journées (quand tu y trouves, par miracle, une place) ou que tu te fais un point d'honneur à éviter, car les quelques fois où tu y as mis les pieds, tu étais captivé par tout sauf tes cours. C'est l'architecte Paul de Noyers qui en est à l'origine, et qui l'a édifiée en 1972.

 

Désormais, nous entrons à l'intérieur de la faculté. Comme tu as pu le remarquer, nos amphithéâtres ne s'appellent pas simplement "amphi A", "amphi 3", et ce car ils font honneur à des personnes qui ont marqué cet endroit. Ce grand amphithéâtre devant toi qui a réouvert ses portes récemment est dédié à Michel Despax, né en 1929 et mort en 1997. D'ailleurs, avait lieu symboliquement la réunion pour la présentation des Master 2 le 2 mars de cette année, soit 20 ans après jour pour jour que Michel Despax nous a quitté. Il fut professeur ici, et le troisième Président Honoraire, de 1978 à 1983. C'était un spécialiste en droit du travail, et ses travaux s'intéressent en particulier au personnel et à l'entreprise, mais certains de ses écrits concernent également le droit de l'environnement. Il sera d'ailleurs l'un des juristes précurseurs pour une législation en faveur de la protection de la nature. En continuant notre chemin, nous arrivons devant l'amphithéâtre Hébraud, dédié à Pierre Hébraud, né en 1905 et mort en 1983, qui, il fut un temps, enseignait en ces lieux le droit civil, et s'est imposé avec force dans le domaine malgré un handicap lié à sa cécité. Juste en face, s'impose le tout aussi grand amphithéâtre Montané, baptisé ainsi en hommage à Pierre Montané de la Roque, né en 1921 et décédé en 1981. Il était un spécialiste du droit colonial, et affichait une préférence pour la matière constitutionnelle. S'il enseignait le droit au Capitole, il était également passionné par le sport, et a encouragé l'enseignement de pratiques sportives à l'université. Si tu as tant de choix aujourd'hui, c'est grâce à lui.

 

Nous descendons les escaliers, et nous dirigeons vers l'amphi Raynaud. Ce dernier est né en 1901 et est décédé en 1991. Il était spécialiste en droit patrimonial, et a bien entendu enseigné dans ces locaux. Il finira sa carrière à Paris, et s'engagera dans la protection pour la sauvegarde de l'enfance. En face, le prochain amphithéâtre que nous visitons est nommé en hommage à Jacques Maury, doctorant en droit privé et criminel. Après avoir enseigné le droit criminel à Poitiers, il reviendra à Toulouse où il se spécialisera en droit international privé, et en droit civil comparé. Il sera nommé Doyen de 1947 à 1950, et obtiendra le titre d'honorariat de la faculté de droit toulousaine. Il faut désormais retourner sur nos pas, pour entrer dans l'amphithéâtre Ourliac, baptisé en référence à Paul Ourliac, né en 1911 et décédé en 1998. Il sera passionné de paléographie (l'étude des écritures anciennes), et dédiera sa thèse au droit privé avignonnais du Moyen-Âge. Spécialiste en histoire du droit, mais également réputé dans les domaines du droit privé, rural et canonique, il sera également le deuxième directeur de l'Institut d'Etudes Politiques.

 

Nous entrons ensuite dans un l'un des plus grands amphithéâtres, dédié à Achille Mestre, né en 1874 et mort en 1960. Il était un grand juriste, et enseigna à Toulouse, sa spécialité étant le droit économique mais également le droit constitutionnel et en particulier le droit administratif. Il fut professeur honoraire de la faculté de droit de Toulouse mais également de celle de Paris, dans laquelle il effectuera la plus grande partie de sa carrière. Il fut l'un des premiers à s'intéresser aux conflits générés par les avancées technologiques, notamment à l'époque la découverte d'énergies nouvelles comme l'électricité ou l'énergie hydraulique. Waline le qualifiait de "juriste musicien", et il sera très proche du doyen Hauriou.

 

Je t'ai présenté les amphithéâtres de l'Arsenal, mais j'aimerais également te montrer ceux des Anciennes Facultés. Ce grand amphithéâtre Cujas, souvent le préféré des étudiants, porte le nom de Jacques Cujas, né en 1522 et mort en 1590. Il était extrêmement réputé dans le domaine du droit romain, matière qu'il a enseigné en ces lieux mêmes. Il achèvera sa carrière à Bourges. Quant à Paul Couzinet, né en 1900 et décédé en 1977, il soutiendra sa thèse à Paris en sciences politiques, et obtiendra plus tard l'agrégation en droit public. Il ira enseigner au Vietnam avant de revenir à Toulouse, où il enseignera le droit international public, le droit administratif et l'histoire des doctrines économiques. Il est à l'origine de l'Institut d'études Politiques, dont il est le premier directeur (1948-1955). A côté se situe l'amphithéâtre Boyer, en hommage à Georges Boyer, ce dernier fut licencié en droit, mais aussi en histoire, géographie, et littérature. Il fera carrière principalement à Toulouse où il enseignera le droit romain, le droit civil, ainsi que l'histoire des faits économiques. Il fut doyen de la faculté de 1949 à 1954, et en recevra l'honorariat. Enfin, notre visite s'achève avec l'amphithéâtre Marsan, en hommage à Jules Marsan, né en 1867 et mort en 1939. Il enseignera à la faculté de Lettres, et sera très réputé dans le domaine de la littérature, notamment à l'époque de l'entre deux guerre. Il sera doyen de la faculté de lettres de 1931 à 1937, et son nom sera donné à l'amphithéâtre que tu connais, car c'était avant un amphithéâtre de la faculté de lettres puisque je te rappelle que le site était scindé en quatre facultés à l'époque. Il a été décidé que ce nom serait conservé, en hommage à cet homme qui a marqué son temps.

 

J'espère que cette visite aura été enrichissante pour toi, et que la prochaine fois que tu iras en cours, à moitié dans le coltard, que tu grimaceras à l'idée d'aller dans tel amphi, justement, tu ne verras plus "Despax" ou "Cujas" comme de simples noms d'amphithéâtres que parfois tu peines à retenir, mais tu te rappeleras que ceux-ci n'ont pas été choisis de manière anodine, et qu'ils appartenaient à des personnes qui ont marqué les locaux de leurs empreintes : elles animaient ces lieux, y partageaient leurs connaissances et leur passion, parfois plus d'un siècle auparavant.

 

Je te remercie de m'avoir accompagnée, et sur ce je... Quoi? J'ai oublié quoi? L'amphi H? Ah, l'amphi H... Il n'a pas encore de nom. Qui sait, peut-être qu'un jour, quand tu auras fait tes preuves en tant que juriste d'exception, ton propre nom figurera à la place de ce simple H. Oui, effectivement, vu les figures que je t'ai présentées, tu as encore du travail. Cependant n'oublies pas qu'un jour, petit étudiant de L1, ou grand M2 que tu es, ils ont tous été à ta place.

 

Laura Jalabert

  • twitter
  • facebook
  • google
Partager cette page