Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil

le 23 novembre 2022
INTERNATIONAL oct 2022
Le backpacking : la nouvelle façon de voyager

Voyager. Découvrir. Grandir. Évoluer. Changer. S’amuser. S’évader. Bien d’autres verbes existent pour illustrer ce que peut vous procurer un voyage autour du monde. Beaucoup de personnes ont le goût du voyage dans le sang. D'autres, au contraire, préfèrent rester chez eux, et partir de temps en temps. Il en faut pour tous les goûts !

Aujourd’hui, et ce depuis des années, on a la possibilité de se rendre où on veut quand on veut. Il nous suffit de réserver un billet d’avion ou de train et l’aventure peut commencer. On peut partir à 1h de chez nous tout comme à plus de 24h d’avion. On peut partir pour une durée d’une semaine ou une durée d’un an. Tout dépend de nous, de ce que l’on recherche et de ce qu’on attend du voyage.

De nos jours, partir faire le tour du monde n’a rien à voir avec les années 50. Même si les avions existaient déjà, ils n’étaient pas faits pour la même utilité qu’ils ont aujourd’hui. Peu à peu, les avions, qui étaient à l’origine des avions de transports militaires, vont trouver des débouchés civils. On voit un réel développement du transport aérien dès les années 1969.

Et aujourd'hui on dit même que l’avion serait le transport le plus sûr qui existe sur terre…

Une fois à l’autre bout du monde, il est simple de joindre notre famille et de leur partager nos aventures. L’évolution technologique nous fait vivre des voyages « connectés ». Et c’est cette évolution qui nous permet de savoir ce qui se trouve à l’autre bout du monde. C’est grâce à internet en autres que l’on peut voir ce qui a à visiter dans un pays. Internet va venir égayer notre curiosité.  À travers les réseaux sociaux, on peut faire partager notre aventure à notre famille, nos amis et les faire voyager avec nous.

Actuellement, avec l’évolution rocambolesque on peut dire, du réchauffement climatique, les catastrophes naturelles ne cessent de toucher la planète.

De plus en plus de personnes vont commencer à se dire : “Si je ne vais pas à cet endroit dans les prochaines années, il risque de disparaître”. L’envie de voyager est très présente et grandit d’années en années.

Pour commencer, il serait incongru de vous parler du backpacking sans vous citer le célèbre Christopher McCandless, jeune diplômé américain qui va choisir de prendre la route vers l’Alaska pour « partir en quête de lui-même ». Il est LA figure identificatoire du backpacker.

Mais il n’est pas question ici, des voyages dit de “vacances”, ce dont il s’agit dans cet article sont les voyages qui vous font évoluer, grandir. Et pour cela, de nombreuses personnes se sont adonnés au backpacking. Le backpacker fuit les circuits organisés et les clubs de vacances.

C’est souvent des jeunes adolescents qui décident de faire une pause dans leurs études ou qui se rendent compte que leur place est ailleurs. Ils décident de partir avec leur sac-à-dos à la découverte du monde.

Pendant ce genre de voyage, il n'est pas question d’hôtel, de petits déjeuners en Room Service ou de restaurant à volonté. Non, un backpacker va vivre comme un local, dormir soit chez l’habitant soit en auberge de jeunesse, faire des petits boulots pour payer sa nourriture… on est loin des vacances de luxe.

Néanmoins, même si la définition même du backpacker fait référence à une personne qui part à l’aventure, certaines personnes peuvent décider de faire du backpacking d’une tout autre façon. Chacun encore une fois est libre d’organiser son voyage comme bon lui semble. Mais pour beaucoup de personnes, l’idée de départ, celle de partir à la recherche de soi, est un moyen et pas nécessairement une fin.

Un réel backpacker est identifié selon Jocelyn Lachance comme étant une personne qui : « partagerait l'expérience d'une rupture provisoire avec les contraintes temporelles, de la création de rythmes personnels et de la réorganisation de la temporalité du voyage par le récit. »

Le backpacker ne cherche qu’à transformer son monde et sa vision du monde ainsi que sa propre personne. Ce n’est pas quelqu’un qui va voyager afin de participer à un mouvement collectif par exemple.

Il est intéressant de savoir que certains chercheurs vont faire remonter l’origine du backpacking au Grand Tour du 18ème siècle en Europe.

Néanmoins, ce ne sera pas avant le 17ème siècle que voyager va devenir une réelle forme d’éducation. En effet, le fait que le voyageur soit face à une aventure personnelle, parsemé de prise de risques et de changement, fait de lui un backpacker. On peut parler “d'aventure singulière”.

Attention, il ne faut pas croire que voyager pour trouver qui l'on est serait égoïste. Il est préférable de parler d’individualisme en ce sens que la personne va venir faire passer ses valeurs et ses droits avant ceux de la société. 

Beaucoup de personnes se questionnent sur cette façon de voyager, pourquoi partir avec son sac à dos alors qu’aujourd’hui il existe des valises très pratiques. La réponse à cela est que lors de ce voyage, le but pour certaines personnes va être de sortir de sa zone de confort, d’ouvrir les yeux sur ce qui se passe autour de nous.

On devient une réelle tortue ; notre maison est sur notre dos.

Ce voyage est un développement personnel. Beaucoup de backpackers partent visiter un pays sans même savoir où ils vont dormir. C’est l’aventure. Cela permet de vous rendre compte de ce dont vous êtes capable ou non. Ce voyage vous permet de repousser vos limites !

Il serait insensé de vous parler de backpacking sans vous parler d’un des pays favoris des backpackers :

L’Australie, comme vous l’auriez deviné.

Mais pourquoi ? Ce pays pourtant à l’autre bout de la France (15150 km séparent ces deux pays), est une destination phare pour les français qui décident de partir avec leur sac à dos. Partir en Australie, c’est se préparer à un changement radical.

De prime abord, par sa taille, l’Australie fait 14 fois la France…, et regorge de paysages différents, en ce sens que si vous souhaitez être réellement dépaysé, pour les plus téméraires, il vous suffit de vous rendre dans le « countryside ». Et pour les moins téméraires, l’Australie à énormément de grandes villes qui vous attendent à bras ouverts. 

Cet échange entre la France et l’Australie s’avère être très récent. C’est depuis février 2004, avec l’entrée en vigueur de l’accord intergouvernemental venant institué un programme « vacances-travail », que l’aventure a pu commencer. C’est cet accord qui va permettre aux backpackers de venir en Australie pour travailler mais également visiter cet immense pays.

Pour vous donner un ordre d’idée : au départ, les visas étaient utilisés par 4 500 personnes. Aujourd’hui, l’Australie compte plus de 22 000 personnes utilisant ce programme.

Voyager avec son sac à dos en Australie vous permet de visiter le pays, de vous familiariser avec la culture australienne et tout cela à moindre coût. Venir faire du backpacking en Australie avec le visa working-holidays vous permet de vous imprégner de la vie quotidienne des Australiens.

Malheureusement, cette culture du voyage n’est pas très présente en France. Nicolas Charles, évoque très clairement que « Culturellement ce n’est pas du tout développé en France »

Même si en France cette culture du voyage reste très peu présente chez les jeunes, elle se voit avoir un avenir plus radieux. Il est important de constater que l’éducation scolaire à la française ne va pas laisser place à une pause pour les jeunes. Autrement dit, les élèves sont souvent voués à un parcours scolaire déjà bien tracé : maternelle, primaire, collège, lycée puis université. On ne propose pas aux jeunes une coupure entre le lycée et l’université par exemple. Ainsi, prendre une année de césure n’est pas dans les mœurs françaises. De plus, le fait de décider de prendre une année blanche peut être même un obstacle pour la poursuite de nos études !

C’est comme si le système éducatif français ne voulait pas nous laisser le temps de réellement savoir qui on est. La jeunesse est devenue une course contre la montre : « fais-le maintenant, sinon tu le regretteras plus tard »… Non mais sérieusement, il est de plus en plus rare de trouver une personne qui sait qui elle est à 18 ans !

Loin de moi l’idée de dire que tout le monde devrait prendre une année de césure et partir voyager. Au contraire, chacun est libre de ses propres choix et des conséquences qui s'ensuivent.

Aujourd'hui le backpacking a subi une évolution marquante et est devenu phare dans l’industrie du tourisme.

In fine, le backpacking est le voyage qui va nous permettre d’aménager un temps de réflexion avant d’entrer dans une nouvelle étape de votre vie.

Mathilde Zerari



En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies