Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil

le 23 novembre 2022
JURIDIQUE OCT 2022
Rentrée : Le combat continuel de l'UNICEF pour l’égalité de l’éducation

Le 5 septembre 2022 nous allons entamer une nouvelle rentrée universitaire mais malheureusement, tous les enfants en âge d’aller à l’école dans le monde ne feront pas de rentrée scolaire. Comme chaque année, des millions d’enfants ne sont pas scolarisés.

Quelques chiffres

Le combat de l’UNICEF porte petit à petit ses fruits. Entre 1999 et 2011, le taux de scolarisation des enfants dans les écoles primaires a augmenté. Il est passé de 33 à 50%. Cette hausse considérable est le fruit du travail de bénévoles et grâce aux nombreux dons faits à l’UNICEF.

L’éducation pour tous, but de l’organisme de l’UNICEF, n’a pas encore été atteint. La scolarisation des enfants stagne actuellement. Effectivement, encore 58 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés et 63 millions d’enfants en âge d’aller à l’école secondaire n’y mettent pas non plus les pieds.

L’objectif que s’est fixé l’UNICEF pour l’année 2030 est de permettre à 619 millions d’enfants, de plus qu'aujourd'hui, de pouvoir être scolarisés. C'est-à-dire que le but est de doubler le nombre d’enfants scolarisés étant répartis dans les écoles primaires et secondaires.

L’éducation, un droit essentiel

Dans le cas de la France, c’est la loi Jospin, loi d’orientation sur l'éducation, entrée en vigueur le 10 juillet 1989, qui consacre sur le plan législatif le droit à l’éducation. Cette loi française modifie le fonctionnement du système de l’éducation nationale français.

Le droit à l’éducation est consacré par les articles 28 et 29 de la Convention internationale des droits de l’enfant. Ce droit se base sur l’égalité des chances, l’enseignement obligatoire et gratuit en école primaire, la poursuite d’études en école secondaire accessible à tous et la dignité de l’enfant.

L’éducation est un apprentissage très important permettant d’avoir des connaissances de base. Ces connaissances de base permettent de s’ouvrir des portes vers un avenir solide. Sans éducation, l’avenir est synonyme de pauvreté dans bien des cas. Sans éducation de base, l’école secondaire et l’enseignement supérieur ne peuvent même pas être envisagés.

L’éducation est un outil très puissant qui permet de s’affranchir de la pauvreté. L’éducation est essentielle. L’accès à l’éducation devrait être simple d’accès. Il devrait être universel. Il devrait être gratuit pour que même les plus défavorisés puissent y accéder. Et il devrait être obligatoire pour tous.

Il est essentiel que les enfants du monde entier soient scolarisés gratuitement au moins pendant 12 ans selon l’UNICEF. Hors, on se trouve loin du compte.

Le Niger est un pays vaste et pauvre où les conditions de vie sont désagréables. Notamment, les conditions de vie des enfants sont très difficiles. C’est dans ce pays que se trouvent le plus d’enfants déscolarisés au monde. Il détient le taux d’alphabétisation les plus bas au monde. Dans ce pays, trop nombreuses sont les inégalités entre les filles et les garçons face à l’éducation. Des partenariats mondiaux ont été réalisés pour se concentrer sur l”éducation des enfants au Niger et l’UNICEF a mis en place des “écoles amies des enfants” qui visent à ouvrir totalement leurs portes à tous les enfants afin de leur permettre une éducation de qualité, des services de santé, des services d’hygiène et des services de protection.

Le droit à l’éducation fait l’objet d’un défi mondial pour lequel se battent l’UNICEF, l’UNESCO, et bien d’autres organismes.

L’UNICEF souhaite améliorer la qualité de l’enseignement, garantir un suivi sur le long terme, maintenir l’éducation dans les situations d’urgence, assurer une égalité d’éducation pour tous.

Des inégalités d’accès à l’éducation du fait du genre

L’éducation est un droit humain qui devrait être accesible à tous, sans aucune discrimination. L’UNICEF se bat tous les jours pour permettre aux enfants du monde entier d’être sur un pied d’égalité au niveau de l’éducation, que ce soit des garçons ou des filles. L’organisme place dans ses objectifs l’éducation équitable aux filles, aux garçons, aux enfants défavorisés et aux enfants en situation de handicap.

L'Afghanistan interdit aux filles d’accéder à l’école secondaire. Une inégalité du fait du genre est donc présente au niveau de l’éducation dans ce pays. Le pays prive les filles afghanes de leur droit. Cela engendre de lourdes pertes économiques. L’UNICEF compte une perte économique de 500 millions de dollars en 2021 du fait de cette interdiction. Mais il y a bien plus que des conséquences économiques. Les répercussions sont bien plus profondes que cela.

“L'UNICEF veut que chaque fille et chaque garçon en Afghanistan aille à l'école et apprenne”, a déclaré le Dr Ayoya.

“Nous ne cesserons pas de défendre cet objectif jusqu'à ce qu'il soit atteint. Non seulement l'éducation est un droit pour chaque enfant, mais elle constitue également le socle sur lequel repose la croissance future de l'Afghanistan.”

Agir

Si vous souhaitez agir, une antenne UNICEF a été récemment fondée au sein même de notre université! Alors n’attendez plus!

Vous êtes intéressés ? Voici comment contacter l’association :

Par mail à l’adresse suivante : antenne.unicef.ut1.toulouse@gmail.com

Par message sur instagram : antenne_unicef_ut1_toulouse

Sources : humanium ; unicef ; revue quart monde ; unesco            

Fanny Lespinasse



En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies