Aller au contenu
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Vous êtes ici : Accueil > Rubriques > Satirique > Une

Et Joyeuse Saint-Valentin !

Photo
« Je dis M, comme un emblème, la haine je la jette », nous disait alors, confiant, un Matthieu Chedid plein d’espoir en la force suprême de l’amour. Pourtant, l’amour n’est pas plus fort que tout. Loin de là. L’amour n’est pas plus fort qu’une foule enragée devant du Nutella bradé, par exemple. Ni plus fort qu’un tonfa de CRS durant une marée jaune. Et encore moins plus fort que le néant, la désol

Et si vous pensez que mon seul but ici est de vous rendre un peu plus malheureux, déprimé, et défait à l’approche de la Saint-Valentin, en vous rappelant que si vous êtes seul, vous êtes triste, et si vous êtes en couple, et « amoureux », vous l’êtes encore plus, vous avez effectivement raison. Passer la Saint-Valentin seul, c’est comme la passer en couple, mais avec 50% de raison en moins d’être malheureux, cela dit. Je peux néanmoins vous rassurer sur une chose, c’est que si vous êtes pathétique le 14 février, sans doute l’avez-vous été le 13, et le serez-vous le 15.

 

Effectivement, la Saint-Valentin est sans doute la fête la plus perverse du monde (néanmoins derrière Noël, et son concours d’hypocrisie annuel ou l’on se doit d’aimer un oncle alcoolique qui n’assume pas son problème, une tante célibataire qui enchaîne les blagues graveleuses, ne faisant qu’accentuer la tristesse de sa misère sexuelle, et tout un tas de cousins à l’encéphalogramme plus plat qu’un cadavre d’huître), et ce pour plusieurs raisons.

 

La première, c’est que la Saint Valentin n’est pas une fête, loin de là. La Saint Valentin est une épreuve, sociale, où les célibataires sont raillés par des couples généralement plus tristes encore que nos pauvres âmes solitaires. Et si Noël est la dernière vague de suicide de l’année, la Saint Valentin est-elle, la première. Alors, toujours festif ?

 

La deuxième raison, c’est l’oubli éhonté de tous les Valentin du monde, qui voient leur jour de fête bafoué comme l’anniversaire du Christ un mois et demi auparavant. Valentin et Jésus, même combat. D’ailleurs, un nombre impossible de marmots seront conçus au nez et à la barbe du pauvre Valentin, marmots qui recevront leurs premiers cadeaux le jour d’un anniversaire qui n’est pas le leur. Ainsi, je n’ai pas honte de dire que si vous fêtez la Saint Valentin, vous n’êtes pas juste un pauvre type (le pauvre type n’a pas de genre), mais aussi un énorme connard (ou connasse, genré cette fois).

 

Enfin, troisième et dernière raison est que la Saint Valentin est mauvaise pour la santé (et je ne reviendrai pas ici sur les dangers du suicide, énoncés plus haut, sur la vie humaine). Entre le fait d’offrir du chocolat bas de gamme et gras, des fleurs bourrées de pesticides, ou de se trouver une excuse pour forniquer (oui, je me félicite déjà d’avoir placé le mot « forniquer » dans un article qui sera publié) sans protection avec le premier venu aussi seul et triste que vous, autant dire que les règles d’hygiènes et de santé durant vingt-quatre heures sont foutues en l’air. Mais bon, c’est pour l’amour, pas vrai ?

 

Que dire pour conclure si ce n’est que je passerai la Saint Valentin seul, et que j’en suis pleinement satisfait, car en position de pousser au fond du trou les couples ET les gens seuls (autant faire d’une pierre deux coups, et puis, moi, je nous sauve de la surpopulation. Et vous, votre amour, il fait quoi ?).

« La Saint Valentin est le chewing-gum du cœur » me disait une personne plus patiente avec moi que vous ne le serez avec vos conjoints le lendemain de votre prétendue fête. J’ajouterai à cette citation que la Saint-Valentin est à l’Amour ce que l’humain est à la Terre : une belle saloperie à laquelle il faut se plier, heureusement temporairement.

 

 

Axel JUGE-BOIRARD


  • twitter
  • facebook
Partager cette page


En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies